forum officiel de strom la saga littéraire Index du Forum
forum officiel de strom la saga littéraire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Colonie de l'été 2018

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum officiel de strom la saga littéraire Index du Forum -> Quêtes & Enquêtes -> Salle des RPG -> RPG : à vos claviers !
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Clara Quémeneur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Aoû 2012
Messages: 3 512
Localisation: Quelque part...
Féminin
Prénom/Nom RPG: Clara Quémeneur
Grade RPG: Alchimiste
Age RPG: 30
Point(s): 3 268

MessagePosté le: Mar 17 Juil - 20:32 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

Ceci est un RP ouvert : tout le monde peut y participer, à condition d'avoir un personnage à l'âge et au grade définis.
Le RP durera tout l'été, même si la colo dure une semaine!


Cette année, la Confrérie organisait sa colonie annuelle de vacances-et-formation-stromique non pas dans une région reculée, comme c'était habituellement le cas, mais sur une petite île de la mer Méditerranée, au large de l'Espagne. Un hôtel attendait les membres de l'Organisation, apprentis, pages et stromillons bien sûr, mais aussi chevaliers désireux de prendre quelques jours de vacances. Malgré le cadre qui s'annonçait idyllique, les activités prévues seraient plutôt sportives tout de même. Ma cousine Constance Quémeneur, qui était évidemment du voyage, avait certainement prévu un planning bien chargé.
Le ferry qui nous emmenait sur l'île partant de Perpignan en début de journée, nous avions passé la nuit à l'hôtel avec une grande partie du groupe. Nous arrivâmes sur l'île vers quatorze heures, sous un soleil radieux. Le port, occupé par quelques bateaux de plaisance, était plus petit et mignon qu'on aurait pu l'attendre d'un débarcadère à touristes : le quai en pierre blanche était bordé par une plage au sable doré, des maisons de pêcheurs colorées s'alignaient le long de la rive, et quelques pins encadraient la place du village, un peu plus à l'intérieur des terres.
Notre hôtel était une grande bâtisse blanche au toit rouge, dont le gérant était membre de la Confrérie espagnole en plus de son métier officiel. Il était ravi de nous accueillir et nous fit visiter les lieux : les chambres, le restaurant, la piscine, le parc ombragé au gazon soigneusement taillé -mais jaunâtre, on était dans le Sud, il ne fallait pas trop en demander).
Je posai ma valise dans ma chambre, au deuxième étage, avec vue sur la mer, avant de redescendre.
-Qui veut aller tester la piscine avec moi? lançai-je.
Les activités officielles ne commençaient que le lendemain : on avait le temps de se détendre.
_________________
Est-ce que ce que tu t'apprêtes à répondre est pertinent? Si non, ne réponds pas.

Filleule d'Elenastef et fière de l'être!
Amie de Félinelechat, Sofia, Bouboule, Ciboulette, Irlandais22 et quémeneur. Entre autres.
Marraine de Jüliä, Aquarius, Jeremy alias Hadès, Kinelia alias Margot Fellowes, Wiwi, Flore_66, Ewilan, Selmy, Mathias6255, Aaadrienou, Yann Leguardian, DragonSacha et Nolhan!

Numéro 3 à ses heures perdues...

Draco draconem adversus bellat!
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 17 Juil - 20:32 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mathias
Stromillon(e)
Stromillon(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2014
Messages: 182
Localisation: Nulle part, partout...
Masculin 馬 Cheval
Prénom/Nom RPG: Mathias Davidson
Grade RPG: Stromillon
Age RPG: 15
Point(s): 504

MessagePosté le: Mer 18 Juil - 22:06 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

Il était trois heures et demie de l'après-midi quand je poussai la porte de la cafétéria. Il était de mon habitude d'y aller chaque matin et chaque après-midi, entre les cours, pour y éplucher la presse - notamment les rubriques politique et faits divers, accompagné d'un chocolat chaud ou d'un jus de fruit, et, parfois, de quelques camarades de promotion.
Ce jour-là débutait la colonie estivale qu'organisait la Confrérie. Et, une fois n'est pas coutume, j'avais décidé d'y prendre part, poussé par mon attrait pour les terres hispaniques inondées de soleil, mais aussi car ma marraine y participait, en tant qu'encadrante. À quatre heures moins le quart précises, je quittai la cafétéria, avec mes deux valises et mon sac à dos, et me rendis sur l'esplanade du Louvre, lieu du rendez-vous. J'avais un quart d'heure d'avance, que je mis à profit en avançant dans ma lecture de Dix petits nègres. Il y avait en tout une trentaine de participants. Nous montâmes dans l'autocar à quatre heures et quart, après que nous eûmes fait l'appel et que les bagages eurent été mis dans la soute. Comme nous entrâmes par ordre alphabétique, je pus aisément choisir une place qui me convenait. Satisfaisant mes petites manies, je choisis un siège le plus au fond possible, sur la rangée de droite, du côté de la fenêtre. Arrivés à la gare, nous prîmes le train qui devait nous conduire à Perpignan, où nous passerions la nuit puis prendrions le bateau.
Le voyage s'était déroulé sans accroc. Une jeune fille s'était assise à côté de moi. Elle faisait partie de ma promotion, mais nous n'avions jamais réellement fait attention l'un à l'autre. Elle était grande, avait la peau pâle et l'ovale de son visage accentuait encore plus sa grande stature. Ses cheveux flaves, qui lui tombaient négligemment sur le visage, mussaient deux yeux clairs, desquels ressortaient une grande candeur. Ce voyage nous permit de faire connaissance. Elle s'appelait Cassandre, avait 16 ans, et était originaire de Lille.
Nous discutâmes pendant toute la durée du voyage, notre conversation passant de l'actualité politique à la mode puis aux films du moment, et seule notre arrivée à Perpignan put mettre fin aux dissensions auxquelles nous étions en proie - dissensions autour de la terminologie de la chocolatine. Il était neuf heures du soir quand nous mîmes le pied à l'hôtel. Je me couchai vers onze heures, après avoir achevé la lecture de mon livre.
Le lendemain matin, nous prîmes le ferry jusqu'à l'île où devait avoir lieu le séjour. En proie au mal de mer, je passai la traversée entre les toilettes et le pont, maudissant les prix trop élevés des compagnies aériennes.
Nous débarquâmes à quatorze heures sept très précisément, et arrivâmes à l'hôtel à quatorze heures vingt-trois. Savoir me repérer temporellement était pour moi un besoin, si bien que je ne sortais jamais sans ma montre ou mon téléphone. Le spectacle qui s'offrit à nous ne pouvait que nous ravir: la mer s'étendait à perte de vue, se perdant dans l'infini de l'horizon. Le bruissement des feuilles et le friselis du ressac de la mer qui s'azurait étaient autant de phénomènes qui témoignaient de l'ataraxie profonde qui semblait régner sur cette île. La devanture de l'hôtel était en partie ornée d'espaliers de roses, en un subtil camaïeu qui s'étendait du rose pâle au rouge profond, passant par le fuchsia et le rouge vermeil. Je fus traversé par un frisson incoercible, stupéfait par la beauté de l'endroit. Les murs de la bâtisse, d'une blancheur que rendait presque nitide le soleil puissant qui surplombait l'île, étaient recouverts d'un toit en tuile rouge. L'hôtel comprenait toutes les commodités: un restaurant, une piscine, un accès rapide à la mer, et à l'accueil étaient disponibles tout un tas de prospectus détaillant les meilleurs itinéraires de randonnée sur l'île. Je choisis une chambre au cinquième et dernier étage, offrant une vue imprenable sur la baie de l'île. Je partageais cette chambre avec un autre camarade, et je fus soulagé de constater que le directeur de l'hôtel avait pris soin de mettre deux lits dans la chambre.
Une fois mes deux grosses valises comprenant toute ma garde-robe et toutes sortes d'objets que j'avais jugés utiles d'emporter vidées, je redescendis au rez-de-chaussée, dans le grand hall, en face de la réception. Le programme de la formation ne commençant que le lendemain, les organisateurs nous dirent que la journée serait libre, à la grande joie de chacune et chacun.

"Qui veut aller tester la piscine avec moi? lança ma marraine.
- Why not, enchaînai-je. Il fait gavé chaud de ouf ici, un petit plouf ne me ferait pas de mal !"

Je partis donc dans ma chambre me changer, et, après avoir hésité cinq bonnes minutes sur quel maillot choisir, je descendis, arborant fièrement un short de bain aux motifs vernaux. J'avais également ma serviette et un livre.
_________________
Filleul de Clara Quémeneur.
Parrain d'AmazingMaïs.

Draco draconem adversus bellat.
Revenir en haut
nolhan
Page
Page

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2018
Messages: 48
Localisation: Bah cherche
Masculin 猴 Singe
Prénom/Nom RPG: Nolhan Abihssira
Grade RPG: Page
Age RPG: 13
Point(s): 87

MessagePosté le: Sam 28 Juil - 14:36 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

-Mallette à farces!
-Tchèque!
-Déguisements flippants!
-tchèque!
-guitares et emplis!
-c'est bon, on a tout Blanche!!
On était fin prêt Blanche et moi, on est de vieux amis d'enfance et on a toujours tout fait ensemble!! Et comme on était tous les deux dans la confrérie, on a décider de participer à la colo!!! Dès qu'on posa le regard sur le grand et majestueux bâtiment et sa flore magnifique, on eu des regards sournoi tourner l'un vers l'autre. Elle me lança:
-tu pense à ce que je pense?!
-Oh que oui!!
On eut deux chambres l'une à coté de l'autre. On posât nos affaires, prit la mallette à farces, et déssendit tout droit vers la piscine. Nous sortîmes un faux cadavre et du colorant rouge, je plaça le faux cadavre à la surface de l'eau je l'emplis de bouées et Blanche versa le colorant rouge sang, elle mît toute la fiole.
-Aller, vite on s'cassa!! Lança t'elle
-On sort les grattes et les emplis pour faire mine de rien!!
-Bonne idée mec!
On rentra, se mît à jouer et on entendit Mme Quémeneur criée, à se moment là on su que notre vanne avait fonctionner et on se mît à rire.
-On dirait bien que c'est pour la piscine! Dis-je ironiquement
-Ça tu l'as dit!!
_________________
Filleul de Clara Quémeneur et fier de l'avoir.

" Le storm n'ai pas un Jeu!! Même à mon âge je le sais!! "

Membre de la commanderie de Tokyo

Draco draconem adversus bellat
Revenir en haut
Clara Quémeneur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Aoû 2012
Messages: 3 512
Localisation: Quelque part...
Féminin
Prénom/Nom RPG: Clara Quémeneur
Grade RPG: Alchimiste
Age RPG: 30
Point(s): 3 268

MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 15:52 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

La première chose que je vis en arrivant au bord du bassin fut la couleur de l'eau. Rouge grenadine. Le temps que mon cerveau tire des conclusions de ce phénomène et les fasse émerger à la surface de ma conscience, j'avais déjà remarqué une deuxième chose : Constance était déjà là, et elle n'avait pas l'air contente.
-Qui sont les idiots qui s'amusent à polluer l'eau de la piscine dès le premier jour? s'énerva-t-elle. Tout ça pour une blague d'un goût douteux!
-Qu'est-ce qui se passe? interrogeai-je.
Je remarquai au passage que mon filleul Mathias nous avait rejointes, dans un short de bain à fleurs qui cadrait très bien avec le décor estival, mais qui jurait avec mon paréo bleu. Pour toute réponse, la professeur de sciences stromiques se pencha et tira de derrière un transat un corps inanimé.
-Il se passe ça, répondit-elle sombrement.
Non, pas un corps : un mannequin de caoutchouc assez mal imité.
-Je l'ai sorti de l'eau pour éviter de faire peur à tout le monde, expliqua ma cousine. Je l'ai trouvé dans la piscine il y a cinq minutes. Ce n'était pas très malin. Maintenant, il va falloir changer toute l'eau de la piscine, et je ne sais pas si on pourra se baigner ce soir...
-Ce sont des gens de notre groupe qui ont fait le coup, je présume? Tu as une idée de l'identité des coupables?
Constance soupira :
-Oui et non. J'ai vu deux adolescents s'enfuir en courant, mais je n'ai pas réussi à voir leur visage. Je parierais sur une bande de pages qui... Eh, attendez, qu'est-ce que c'est que ce bruit?
Elle s'interrompit et je tendis l'oreille moi aussi. Depuis le bâtiment résonnait un vague écho continu, comme si quelqu'un avait laissé tomber une batterie de casseroles. Ou comme si quelqu'un avait poussé à fond une enceinte diffusant du death metal bas de gamme pas très mélodieux. Constance Quémeneur laissa retomber le mannequin sur le sol pavé au bord du bassin et se dirigea à grands pas vers l'hôtel.
-Je vais voir ce qui se passe. Soit c'est une coïncidence, soit nos assassins de cour de récré se sont encore fait remarquer. Clara, tu peux te charger de prévenir le gérant pour qu'il fasse nettoyer cette, hum, remarquable scène de crime?
-Pas de problème! répondis-je alors qu'elle était déjà loin.
Je suivis ma cousine en direction de l'accueil de l'hôtel en songeant que lorsque les activités commenceraient, au moins, le séjour serait plus calme.


(Constance, je te fais agir en PNJ ; si ça te pose problème, n'hésite pas à m'envoyer un MP et je modifierai!)
_________________
Est-ce que ce que tu t'apprêtes à répondre est pertinent? Si non, ne réponds pas.

Filleule d'Elenastef et fière de l'être!
Amie de Félinelechat, Sofia, Bouboule, Ciboulette, Irlandais22 et quémeneur. Entre autres.
Marraine de Jüliä, Aquarius, Jeremy alias Hadès, Kinelia alias Margot Fellowes, Wiwi, Flore_66, Ewilan, Selmy, Mathias6255, Aaadrienou, Yann Leguardian, DragonSacha et Nolhan!

Numéro 3 à ses heures perdues...

Draco draconem adversus bellat!
Revenir en haut
Mathias
Stromillon(e)
Stromillon(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2014
Messages: 182
Localisation: Nulle part, partout...
Masculin 馬 Cheval
Prénom/Nom RPG: Mathias Davidson
Grade RPG: Stromillon
Age RPG: 15
Point(s): 504

MessagePosté le: Mer 15 Aoû - 21:16 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

Il était quinze heures sept quand j'arrivai à la piscine. Du haut des marches de l'escalier, je pus apercevoir Mme Quémeneur, qui semblait avoir une discussion assez vive avec ma marraine, qui, elle, revêtait un charmant petit bikini rose à fanfreluches et un paréo à licornes bleues, lui donnant un air de femme fatale qui lui allait très bien. D'après ce que je pus saisir de leur échange, deux pages avaient fait une mauvaise blague. Après avoir intérieurement soupiré que les jeunes générations allaient nous conduire à notre perte, je descendis l'escalier de marbre blanc. À peine eus-je posé le pied sur le dallage de terrasse entourant la piscine que Mme Quémeneur partit en direction de la piscine, suivie de près par ma marraine.
À présent seul à l'extérieur, et voyant qu'il était impossible de se baigner, je pris la décision d'aller sur la plage. Un étroit sentier, serpentant entre les arbres de la pineraie bordant l'hôtel, débouchait sur une plage de sable blanc, aux flots cérulés miroitant au soleil, comme une thébaïde s'offrant à moi. L'éclat de la mer et ses coruscations embrassaient l'horizon, tandis que le bruit des vagues sonnait telle une douce mélopée à mes oreilles. J'étendis ma serviette au sol, chaussa mes lunettes de soleil, puis partis me baigner. L'eau hyaline devait approcher les trente degrés, et c'était un véritable délice que de s'y prélasser. J'aimais ces moments de quiétude, où, l'âme erratique, je ne faisais rien, si ce n'était de me laisses bercer par les flots. Une fois sorti de l'eau, je m'allongeai sur ma serviette et entamai la lecture de La princesse de Clèves.
Il était dix-huit heures trente-huit quand je regagnai l'enceinte du parc de l'hôtel. L'atmosphère y était redevenue calme, presque bucolique. Je montai dans ma chambre, pris une douche, puis me préparai pour le dîner du soir, qui débutait à vingt heures précises. Je portai un délicieux ensemble clair, fait d'un t-shirt blanc un jean bleu clair retroussé juste au-dessus des chevilles, et des baskets blanches. À la fin du souper, ma tendre et douce marâtre nous rappela que nous ne devions pas nous coucher trop tard, les activités stromiques commençant le lendemain.
Wallah, on est en vacances cornegidouille ! pensai-je intérieurement, avant de me rappeler qu'elle pouvait lire dans nos esprits.
À vingt-et-une heures douze, je redescendis dans le jardin de l'hôtel. L'île s'anuitait déjà, et c'était le moment propice pour commencer à apercevoir des choupissons, ces petites créatures qui me faisaient littéralement fondre sur place. Je quittai en mode vibratoire l'enceinte de la résidence, bravant l'interdiction des organisateurs, pour m'installer dans un pré collinaire, foulant l'herbe fraîchement fauchée. Je m'y assis, et attendis, une lampe frontale sur ma tête, me permettant ainsi d'avancer dans ma lecture. Une heure était déjà passée, je commençais à fatiguer.
Je remis le pied à l'hôtel à vingt-trois heures quarante-sept. Je m'endormis assez rapidement.
Le lendemain matin, je me réveillai à sept heures trente. Nous avions rendez-vous à huit heures et demie pour le petit-déjeuner. Comme dans tout hôtel qui se respecte, il y avait toutes sortes de viennoiseries, fruits et céréales.
Le rendez-vous pour le début des activités était fixé à neuf heures et quart.
J'étais dans le  hall d'entrée dès neuf heures dix, attendant impatiemment que les organisatrices nous annoncent le programme de la journée.
_________________
Filleul de Clara Quémeneur.
Parrain d'AmazingMaïs.

Draco draconem adversus bellat.
Revenir en haut
nolhan
Page
Page

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2018
Messages: 48
Localisation: Bah cherche
Masculin 猴 Singe
Prénom/Nom RPG: Nolhan Abihssira
Grade RPG: Page
Age RPG: 13
Point(s): 87

MessagePosté le: Ven 24 Aoû - 08:18 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

Constance nous avait trouvé en train de jouer dans ma chambre, nous avait regardé de la tête au pied pour voir nos vêtement, malheuresement nous avions changer d' habits. Elle s'en allât en nous disants de jouer moins fort. Le soir nous avions manger avec d'autres pages et nous avions rigoler comme pas possible, nous décidâmes de passer la soirée dans la chambre de Alain et kiso, deux pages allemand et japonais, ils se connaissaient de leurs parrains, nous étions six, avec deux autres pages, Alice et Sydney, deux anglaise qui étaient dans la même classe. On était la seul chambre à faire du bruit jusqu'à 23h30, après nous sommes tous aller dans nos chambres,le lendemain petit déjeuner avec la même table, mais on avait plus la force de rire, donc ce fut assez tranquille. Mais les activité commençaient, et nous étions en pleine forme après un bonne douche à l'eau froide.
-Bon on commence par quoi le matin? Demmanda Alain,
-Parcour de lévitation je crois, mais c'est en solo. Répondit Alice
-Chouette, c'est trop cool comme épreuve !! M'exclamais-je
-Hi hi! Mais après y à de la science stromique!! Ironisa Blanche
-Ça c'est pas bon!! Dis-j
_________________
Filleul de Clara Quémeneur et fier de l'avoir.

" Le storm n'ai pas un Jeu!! Même à mon âge je le sais!! "

Membre de la commanderie de Tokyo

Draco draconem adversus bellat
Revenir en haut
Mme Quémeneur
Professeur
Professeur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2012
Messages: 74
Localisation: Paris
Féminin 龍 Dragon
Prénom/Nom RPG: Constance Quémeneur
Grade RPG: Chevalier
Age RPG: 38
Point(s): 851

MessagePosté le: Mar 28 Aoû - 16:44 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

Après avoir découvert la mauvaise blague de la piscine, je retournai à l'hôtel pour remonter les bretelles des coupables. J'avais cru reconnaître deux jeunes pages, et il était hors de question qu'ils s'en tirent simplement en s'enfuyant en courant. La discrétion était certes une qualité appréciée dans la Confrérie ; toutefois, l'honnêteté et le respect des biens d'autrui étaient loin d'être accessoires.
Je trouvai mes suspects dans la chambre de l'un d'eux, Nolhan Abihssira. Ils étaient très occupés à faire du bruit, ou du moins, ce qu'ils pensaient être de la musique. J'avais vu un peu plus tôt deux ados vêtus de noir qui s'enfuyaient, mais Nolhan et Blanche portaient respectivement un t-shirt blanc et un chemisier jaune canari. Je levai les yeux au ciel : ils avaient poussé la "discrétion" jusqu'à changer de vêtements.
A moins qu'ils aient simplement renversé du colorant rouge sur leurs habits. Probable, s'ils étaient aussi adroits que discrets.
Je calai mes poings sur les hanches et débranchai d'un coup sec, par télékinésie, l'amplificateur de la guitare électrique.
-Pour commencer, vous êtes priés de jouer moins fort ! lançai-je. Tout l'hôtel n'a pas besoin de vous entendre !
Le silence qui résonna me fit du bien.
-Ensuite, vous pensez vraiment que vous allez vous en tirer comme ça ? Je vous laisse une heure pour nettoyer la piscine et ses abords. Si ce n'est pas fait, vous aurez dix minutes pour faire vos bagages et rentrer par le prochain ferry.
Par chance pour eux, le gérant avait accepté de mettre son robot de nettoyage à leur disposition. Cela ne devrait pas leur prendre trop de temps.
Quoique.

Le soir, après une soirée de bienvenue organisée par le personnel de l'hôtel (dont de nombreux membres étaient séides, les autres ayant été hypnotisés pour ne pas prêter attention aux phénomènes insolites auxquels ils étaient susceptibles d'assister), je montai dans ma chambre. J'étais voisine de Clara Quémeneur. Je n'avais pas défait ma valise et je pris enfin le temps de le faire.
Du bruit (ou de la musique ?) résonnait dans une chambre à l'étage des adolescents.
Clara vint frapper à ma porte :
-Je parie que ce sont les mêmes que tout à l'heure. Il est presque minuit. Dois-je leur dire de baisser le son ?
-C'est inutile, répondis-je. Avec un peu de chance, ils seront un peu calmés demain, après une nuit trop courte...

Le lendemain matin, les activités commençaient avec de la lévitation. J'encadrais le groupe des pages. Le professeur Rochecourt partait quant à lui en randonnée avec les stromillons pour découvrir quelques espèces de végétaux insolites sur les hauteurs de l'île. Nous avions prévu d'échanger nos groupes le lendemain.
Mon groupe, soit une vingtaine de jeunes en tout, arriva au début du parcours après un quart d'heure de marche le long de la côte, au pied des rochers qui entouraient l'île au sud-ouest. Je leur présentai les obstacles qu'ils auraient à franchir :
-Pour commencer, vous allez longer la rive en restant au-dessus de la plage. Attention, il y a des zones de rochers coupants, restez à plus de cinquante centimètres du sol. Ensuite, je vous propose de monter d'une dizaine de mètres et de slalomer entre les arbres en haut de la falaise. Enfin, vous descendrez, passerez sous l'arche rocheuse au-dessus de l'eau, et vous reviendrez au point de départ en contournant la bouée rouge, là-bas. Pour résumer, aller au-dessus des terres, et retour au-dessus de la mer. Vous avez le droit de faire des pauses pendant le parcours, mais pas de tricher en avançant à pied sur le sol !


HRP : Merci de ne pas me faire agir en PNJ sans me demander mon autorisation au préalable. Ca éviterait que mon message suivant ne soit pas en adéquation avec ce que vous espériez. ;-)
_________________
Professeur de Sciences
Revenir en haut
nolhan
Page
Page

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2018
Messages: 48
Localisation: Bah cherche
Masculin 猴 Singe
Prénom/Nom RPG: Nolhan Abihssira
Grade RPG: Page
Age RPG: 13
Point(s): 87

MessagePosté le: Jeu 30 Aoû - 17:02 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

Nous étions fin prêts!! Nous entamions le Parcour avec la plus grande prudence, à l'exception de, vous l'aurez deviner, moi et mon amis d'enfance, nous allions tellement vite et sans attention que j'ai avalé 6 mouches en volant!! Malgré ça, aucun souci... À si, Alain est tombé dans les pommes après s'être pris une branche, tout le monde à entendu "SCHEISSS" résonné dans la forêt. Le lendemain il avait un gros bandage sur le front qui lui passait derrière la nuque, mais il allait bien, s'était le principal... Mais du coup il n'a pas pu faire la randonné. On était dégouter pour lui... Donc nous partîmes pour une randonné, plutôt corsée, le professeur Rochecourt nous en a fait bavé!!


PS: excuse moi, je ne m'en était pas rendu compte...
_________________
Filleul de Clara Quémeneur et fier de l'avoir.

" Le storm n'ai pas un Jeu!! Même à mon âge je le sais!! "

Membre de la commanderie de Tokyo

Draco draconem adversus bellat
Revenir en haut
Clara Quémeneur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Aoû 2012
Messages: 3 512
Localisation: Quelque part...
Féminin
Prénom/Nom RPG: Clara Quémeneur
Grade RPG: Alchimiste
Age RPG: 30
Point(s): 3 268

MessagePosté le: Jeu 30 Aoû - 20:45 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

Le premier soir, après le dîner et la soirée de bienvenue, une bande de stromillons jugea malin de tenter de battre le record de production de décibels à l'autre bout du couloir. Les vacances scolaires avaient commencé depuis peu et je commençais à peine à me reposer après la fin de l'année scolaire : je n'avais franchement pas envie de gérer encore des ados pendant mes congés. Je me résolus tout de même à aller leur dire deux mots, mais Constance, ma voisine de chambre, m'incita à laisser tomber.
Comme je n'arrivais pas à dormir, je décidai d'aller faire un tour sur la plage. J'aperçus au passage Mathias qui lisait un livre, ou peut-être faisait semblant de lire la Princesse de Clèves, mais je ne m'approchai pas : j'avais eu mon content de désillusions pour la soirée. Je préférais croire qu'il était vraiment plongé dans sa lecture. Ou, dans le meilleur des cas, ne pas le déranger.
La mer était encore tiède. Comme j'avais gardé mon maillot de bain sous mes vêtements, j'en profitai pour nager jusqu'à la ligne de bouées qui flottaient à une trentaine de mètres du rivage. Je profitai du silence en nageant sous l'eau, malgré l'obscurité. Les vacances commençaient enfin...


Le lendemain, j'accompagnai Constance et son groupe pour le parcours de lévitation. Je contribuais à sécuriser l'activité, prête à intervenir en cas de chute ou de perte de concentration, et j'en profitais pour vérifier que personne ne trichait en avançant en marchant. Heureusement, à part une chute ou deux, aucun incident ne fut à déplorer.
L'après-midi, ma cousine avait prévu une activité de sciences stromiques qui consistait à étudier les propriétés de la patatrou. Comme elle n'avait pas besoin de mon aide, je retournai à la plage avec d'autres alchimistes. Les adultes de la Confrérie avaient aussi des sessions de formation qui étaient prévues, mais seulement à partir du lendemain.

Je sortais de l'eau et m'apprêtais à me sécher lorsque je vis arriver Maïa, une séide avec qui j'avais fait connaissance sur le bateau, et qui semblait pour l'heure complètement essoufflée. Et paniquée.
-On a une alerte sécurité! s'exclama-t-elle.
-Comment ça? demanda quelqu'un.
Je m'enroulai dans ma serviette et m'approchai du groupe qui commençait à se former.
-Le périmètre qu'on occupe sur l'île, autour de l'hôtel et dans les zones d'activités et de formation, est protégé des visiteurs extérieurs, expliqua Maïa. Normalement, personne ne peut y pénétrer sans avoir la double aura, ou sans avoir été autorisé. Et il y a un système d'alarme au cas où quelqu'un essayerait de franchir la limite avec des intentions malveillantes. J'arrive du PC sécurité, et l'alarme vient de se déclencher!
Avec d'autres, je raccompagnai Maïa à l'hôtel.
-Si ça se trouve, c'est encore un coup de la bande des pages spécialistes en humour douteux, fis-je. Blanche, Nolhan et leurs nouveaux amis. Il n'y a pas de raison que ce soit autre chose qu'une fausse alerte, si?

Le complexe hôtelier accueillait pendant l'année des séminaires et des conférences en tout genre. Il comportait donc de nombreuses salles de réunion, dont certaines avaient été investies comme salles de cours par Constance ou le professeur Rochecourt. D'autres avaient été aménagées pour la durée de notre séjour en poste de contrôle. Nous étions un groupe en colonie de vacances, certes, mais une colonie insolite qui demandait des précautions. Nous suivîmes donc Maïa jusqu'à une salle aux murs tapissés d'écrans de surveillance et de consoles qui alignaient des statistiques ou des mesures. Devant l'un d'eux, l'hologramme de Bjorn Gorblurg, responsable de l'Oeil -resté à Paris, il travaillait, lui- s'affichait.
-Je ne vais pas vous mentir, annonça-t-il. La situation est préoccupante. On nous signale une désactivation de deux des quatre générateurs du périmètre de protection de l'île. En clair, ça veut dire que sur la côte sud et sur la partie ouest, n'importe qui peut aborder et voir ce que nous faisons.
-Il suffit de dire aux profs d'arrêter la lévitation pour aujourd'hui, déclarai-je. Ce n'est pas un problème vital, si?
Bjorn Gorblurg me regarda d'un air sombre.
-On a amené sur l'île deux griffons et une chimère pour les ateliers de biologie supranaturelle. Ils se promènent actuellement en liberté sur la côte ouest, et ils sont visibles sans scrutateurs. Par conséquent, on peut commencer à parler de problème vital.
-Effectivement... grimaçai-je.
-Il faut deux équipes pour voir ce qui se passe avec les générateurs et, si possible, les remettre en service, intervint Maïa. Et au moins deux autres équipes pour récupérer les créatures supranaturelles. Je vais appeler Rochecourt pour mettre au point une stratégie.


En fait, c'est la section Opérations extérieures de la commanderie de Londres qui fait un exercice d'infiltration sur l'île, mais nous ne sommes pas censés être au courant pour le moment. Parce que l'exercice (non annoncé) pour nous, c'est de comprendre ce qui se passe et de réagir de manière appropriée. ^^

M'enfin ce n'est pas une attaque de démons, quoi.

_________________
Est-ce que ce que tu t'apprêtes à répondre est pertinent? Si non, ne réponds pas.

Filleule d'Elenastef et fière de l'être!
Amie de Félinelechat, Sofia, Bouboule, Ciboulette, Irlandais22 et quémeneur. Entre autres.
Marraine de Jüliä, Aquarius, Jeremy alias Hadès, Kinelia alias Margot Fellowes, Wiwi, Flore_66, Ewilan, Selmy, Mathias6255, Aaadrienou, Yann Leguardian, DragonSacha et Nolhan!

Numéro 3 à ses heures perdues...

Draco draconem adversus bellat!
Revenir en haut
Mathias
Stromillon(e)
Stromillon(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2014
Messages: 182
Localisation: Nulle part, partout...
Masculin 馬 Cheval
Prénom/Nom RPG: Mathias Davidson
Grade RPG: Stromillon
Age RPG: 15
Point(s): 504

MessagePosté le: Ven 7 Sep - 17:01 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

La première matinée d'activité fut pour nous très sportive. En tant que stromillon au sein de la Confrérie, je dus partir explorer les hauteurs de l'île avec le professeur Rochecourt et quelques camarades de promotion, à la découverte de la flore méditerranéenne insolite. Le groupe était composé d'une quinzaine d'élèves. La promenade dura environ deux heures, et fut, malgré mes réticences initiales, très intéressante. Nous regagnâmes l'hôtel à onze heures treize. Le déjeuner étant fixé à midi et demie, nous disposions d'une heure de libre, que je choisis de mettre à profit au bord de la piscine à perfectionner mon bronzage, déjà pas piqué des hannetons.

Après le déjeuner, les organisateurs nous proposèrent plusieurs activités. Je choisis de prendre part au groupe de sciences stromiques, dont l'intitulé exact était : « Étude théorique et mise en pratique des propriétés alchimiques et intramoléculaires de la kolkorésite-désoxyréinuclose ». Non pas que j'étais attiré par ce nom aux allures franchement barbares, mais plus parce que je n'avais pas franchement envie de partir m'entraîner à la télékinésie à l'extérieur, avec cette chaleur étouffante.

À quinze heures trois, un séide d'une quarantaine d'année fit irruption dans la salle. Il s'entretint avec notre professeur à voix basse, l'air grave. Malgré mon oreille stromique, je ne pus comprendre de quoi ils parlaient, si ce n'est que la situation était grave. Le séide s'adressa ensuite à nous, nous disant que le cours était annulé, et que nous avions quartier-libre jusqu'à ce qu'on nous rappelle.
Chouette, on va encore pouvoir glandouiller ! dis-je intérieurement.

À dix-sept heure vingt-huit, un alchimiste vint nous chercher, nous convoquant en salle de conférence. L'hôtel disposait en effet de plusieurs salles de réunion ou de conférence destinées à des usages professionnels. On nous exposa brièvement les faits: la barrière de sécurité établie par l'Organisation a été franchie, probablement par des non-membres de la Confrérie. La présence d'élémentaux sur l'île, introduits pour les besoins de la colonie, rendait le problème d'autant plus délicat; inutile d'imaginer ce qu'il arriverait si un groupe de touriste se trouvait nez-à-nez avec un griffon. Plusieurs groupes furent constitués, je me portai volontaire pour partir à la recherche des élémentaux.

À dix-neuf heures quarante-deux, mon groupe partit vers le versant sur de l'île, l'heure avancée et le crépuscule rendant la tâche d'autant plus complexe.
_________________
Filleul de Clara Quémeneur.
Parrain d'AmazingMaïs.

Draco draconem adversus bellat.
Revenir en haut
Mme Quémeneur
Professeur
Professeur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2012
Messages: 74
Localisation: Paris
Féminin 龍 Dragon
Prénom/Nom RPG: Constance Quémeneur
Grade RPG: Chevalier
Age RPG: 38
Point(s): 851

MessagePosté le: Lun 10 Sep - 19:43 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

Les stromillons du groupe que j'encadrais étaient tous plutôt volontaires pour l'expérience que je leur proposais. Il s'agissait de tester la patatrou sur différents matériaux de différentes épaisseurs pour mesurer le temps d'action et de séchage du gadget dans chacun des cas. L'objectif était d'ajuster le dosage au plus juste.
Alors que tout le monde, moi comprise, était concentré sur ses mesures, un homme entra sans frapper dans la salle de TP.
- Mme Quémeneur, je peux vous parler une minute ?
Je posai mon éprouvette et le rejoignis à la porte.
- Une faille dans la protection stromique de l'île ? J'arrive, soupirai-je.
Je libérai les stromillons, forcément curieux de ce qui pouvait bien se passer, et je suivis mon collègue chevalier jusqu'à une salle de réunion.

Après le briefing, je fus affectée à la remise en service du générateur ouest ; mes compétences seraient plus utiles pour réparer une technologie de l'Organisation que pour rattraper des élémentaux perdus.
Nous nous rendîmes à pied jusqu'à la pointe rocheuse où le générateur de protection stromique avait été installé, quelques semaines plus tôt, avant notre arrivée sur l'île. Notre groupe, constitué d'une demi-douzaine d'adultes, certains étant accompagnés de leurs filleuls, avança aussi discrètement que possible jusque sur les rochers. L'appareil était installé dans une faille entre deux blocs de pierre : il avait les dimensions et l'apparence d'un groupe électrogène de chantier. A la différence qu'il n'était relié à aucun appareil nécessitant du courant électrique... Il se suffisait à lui-même, et d'ailleurs, il ne fonctionnait pas à l'électricité.
Il m'était déjà arrivé d'installer ce type de générateur lors d'événements ponctuels de l'Organisation tels que la fête de la Saint-Georges. J'avais donc une idée assez claire de leur fonctionnement, sans pour autant savoir les réparer ou remplacer une pièce. Pourtant, dans le cas présent, il ne fallait pas être grand clerc pour déduire que l'infrastructure était hors service pour un bon moment. Ni qu'elle avait été sabotée volontairement. Plusieurs câbles avaient été sectionnés, proprement, à la cisaille ou à la pince coupante, et l'une des pièces essentielles avait carrément disparu.
- Ce sont des gens qui savaient parfaitement ce qu'ils faisaient qui ont fait ça, dis-je. Il faut prévenir Maïa et le PC central.
L'un des séides de l'équipe était déjà au téléphone et faisait la liste des pièces de rechange indispensables à acheminer :
- Des câbles, on devrait en avoir suffisamment. J'en ai emporté une bonne centaine de mètres. Oui, le transformateur magnétique est introuvable. Le saboteur a dû le prendre avec lui pour ralentir la remise en service...
- Qui est spécialiste en technologies de protection dans la zone 7 ? demandai-je à mon collègue.
- Une vingtaine de personnes, dont moi, répondit-il d'un air offensé. Vous n'irez pas jusqu'à supposer qu'un membre de mon équipe aurait pu...
- Pas du tout, je n'accuse personne ! expliquai-je. Je me demande simplement qui savait où se trouvait ce générateur. Ou s'il était facile à localiser.
- Ce n'est pas difficile à trouver, quand on sait ce qu'on cherche. Mais je me porte garant de tous les membres de la sécurité de la zone 7 : ceux qui sont sur l'île ont passé la journée à assurer les contrôles du site avec moi, et ceux qui sont restés sur le continent travaillent à un projet de sécurisation des portails temporels intermittents.
- C'est donc, a priori, quelqu'un d'étranger à la zone 7 qui a fait le coup, conclus-je. Mais qui donc ?
Tout à coup, l'air iodé de la côte me paraissait désagréablement froid.
_________________
Professeur de Sciences
Revenir en haut
Clara Quémeneur
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Aoû 2012
Messages: 3 512
Localisation: Quelque part...
Féminin
Prénom/Nom RPG: Clara Quémeneur
Grade RPG: Alchimiste
Age RPG: 30
Point(s): 3 268

MessagePosté le: Sam 22 Sep - 20:47 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

Contrairement à mon filleul qui avait rejoint le groupe de recherche des élémentaux, j'avais été affectée à l'une des équipes techniques. Ma maîtrise du matériel utilisé dans les laboratoires d'alchimie de l'Organisation, quoique relativement éloignée de celle d'un émetteur d'ondes stromiques, m'avait valu cette attribution.
Le générateur sud avait été saboté. Un appel de l'équipe chargée de réparer celui de l'ouest nous apprit que c'était également le cas là-bas.
Restez sur vos gardes, indiqua mentalement le chef de mon équipe. Le ou les responsables sont peut-être toujours dans les parages...
Il nous fit signe de fouiller la zone à la recherche d'indices pendant qu'il s'occupait du générateur. Je m'éloignai donc en direction des falaises, à une quinzaine de mètres au-dessus de la mer, et accessoirement, d'une série de récifs escarpés sur lesquels je n'aurais pas aimé tomber.
Je ne tardai pas à découvrir un indice de présence humaine parmi les hautes herbes : un emballage de barre chocolatée, à peine froissé, qui semblait avoir été perdu là très récemment. Je cherchai des traces de passage, un endroit où les herbes sèches auraient été piétinées, mais celles-ci ne paraissaient pas avoir vu d'autres marcheurs que moi dans un passé récent.
J'en conclus que l'ex-propriétaire de l'emballage et de la barre chocolatée associée pratiquait la lévitation.
Quelqu'un de la Confrérie est passé par là, annonçai-je à mon équipe.
Un groupe en formation ? Un cours ?
Non, Constance n'est pas venue de ce côté, et le professeur Rochecourt est allé à l'intérieur des terres...
Donc c'était un intrus et pas une très mauvaise blague. Dommage. Je regrettais presque de ne pas avoir d'occasion de noyer Nolhan et Blanche dans la piscine.
Je chaussai mes scrutateurs pour apercevoir un élément qui m'aurait échappé. Avant que je ne repère quoi que ce soit, Jean-Pierre, un séide enquêteur qui portait lui aussi ses scrutateurs, me montra du doigt une ombre dissimulée derrière un rocher, dans une irrégularité du terrain. Une silhouette humaine. Non, deux.
Nous nous en approchâmes aussitôt pour les encercler. S'ils espéraient rester invisibles, c'était raté : même l'état vibratoire ne pouvait être maintenu de manière parfaite à long terme, et les scrutateurs permettaient de voir la signature thermique résiduelle.
-Qui est là? lança Jean-Pierre.
Pas de réponse, mais l'une des silhouettes bougea. Mon coéquipier tira aussitôt deux coups à l'aide d'une sorte de tube en plastique noir du diamètre d'un rouleau d'essuie-tout. La silhouette cessa aussitôt de bouger et reprit consistance.
-C'est quoi, ça? m'inquiétai-je.
-Oh, ça? Un pétrificateur. C'est un tout nouveau gadget, encore en phase de test. Il sert à immobiliser une cible de manière discrète et instantanée. Mais on ferait bien de se dépêcher, parce que l'effet dure à peine pendant dix secondes.
Nous nous penchâmes sur nos deux cibles, appelant le reste de notre équipe à la rescousse. Les intrus étaient un homme et une femme, plutôt jeunes, vêtus de noir. Comme je le pensais, ils portaient une médaille de saint Georges dorée autour du cou. Leurs visages, en revanche, ne me disaient absolument rien.
-Kilian? s'étonna Jean-Pierre en découvrant le jeune homme.
-Tu le connais?
-Oui, c'est le fils d'un de mes amis londoniens, il vient d'être adoubé chevalier! Mais je ne comprends pas ce qu'il fait ici : il est censé être en formation, comme les apprentis de la zone 7, mais dans le nord de la Finlande...
-Il reprend conscience, commenta quelqu'un. Il va pouvoir nous l'expliquer...
_________________
Est-ce que ce que tu t'apprêtes à répondre est pertinent? Si non, ne réponds pas.

Filleule d'Elenastef et fière de l'être!
Amie de Félinelechat, Sofia, Bouboule, Ciboulette, Irlandais22 et quémeneur. Entre autres.
Marraine de Jüliä, Aquarius, Jeremy alias Hadès, Kinelia alias Margot Fellowes, Wiwi, Flore_66, Ewilan, Selmy, Mathias6255, Aaadrienou, Yann Leguardian, DragonSacha et Nolhan!

Numéro 3 à ses heures perdues...

Draco draconem adversus bellat!
Revenir en haut
Mathias
Stromillon(e)
Stromillon(e)

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2014
Messages: 182
Localisation: Nulle part, partout...
Masculin 馬 Cheval
Prénom/Nom RPG: Mathias Davidson
Grade RPG: Stromillon
Age RPG: 15
Point(s): 504

MessagePosté le: Mar 2 Oct - 20:07 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018 Répondre en citant

Pendant près d'un quart d'heures, nous nous enfonçâmes dans l'île, à la recherche des élémentaux qui s'étaient échappés, à savoir un griffon et deux chimères.
Grmbl, quelle idée lumineuse aussi que d'amener des bestioles pareilles en colo. Ils nous ont pris pour Indiana Jones ou quoi au Louvre ? me dis-je intérieurement.
Nous arrivâmes dans une petite clairière, tout juste éclairées par la pleine lune.
- J'ai avec moi plusieurs paires de scrutateurs. Chaussez-les, et nous allons nous séparer. Les apprentis et pages doivent être accompagnés d'un séide ou d'un alchimiste. Les stromillons, vous pourrez partir seuls si votre parrain ou marraine vous l'accorde.
Sachant que ma marraine géniale avait une totale confiance en moi, je pris l'initiative de partir seul.
Je pris la direction du nord de l'île. Le temps pressait, car, à tout moment, un touriste pouvait tomber face à un des élémentaux, ce qui poserait de sérieux soucis. En gros trouillard que j'étais, je me mis en mode vibratoire pendant toute ma marche. L'effort que cela me nécessitait, combiné à la fatigue causée par les scrutateurs me suscita de violents maux de têtes.
Au bout de dix minutes, j'entendis des bruits qui ressemblaient vaguement à un grognement. Je m'approchai discrètement de l'origine des bruits, et constata avec surprise que les deux chimère s'étaient tranquillement assoupies dans un fossé, entourées de pins. Fier de les avoir dénichées, la question qui se posait alors était de savoir comment les capturer. Je pris immédiatement la direction du point de rendez-vous, en prenant soin d'identifier le chemin et de léviter. Forcément, il n'y avait personne, tout le monde était parti en exploration. Ne sachant que faire, et de peur que les deux chimères, qui était malgré tout à un endroit qui pouvait être potentiellement assez passant, notamment dans le cadre d'une randonnée nocturne, ne soient découvertes, je dénichai mon cellulaire et appelai ma marraine en catastrophe.
_________________
Filleul de Clara Quémeneur.
Parrain d'AmazingMaïs.

Draco draconem adversus bellat.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:12 (2018)    Sujet du message: Colonie de l'été 2018

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum officiel de strom la saga littéraire Index du Forum -> Quêtes & Enquêtes -> Salle des RPG -> RPG : à vos claviers ! Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com